Les applications de rencontre Fonctionnent-elles Vraiment ?

Les applications de rencontre Fonctionnent-elles Vraiment ?

Comment utiliser intelligemment les sites de rencontres ainsi que les applications tout en respectant ses propres valeurs et celles des autres.

Conférence pour les 15 à 20 ans – 1H30

Objectif général : La rencontre permettra aux participants de réfléchir à la place que les applications de rencontre prennent dans leur façon de rencontrer et de séduire les gens.

Objectifs spécifiques : les participants seront amenés à :

  1. Identifier les motivations à utiliser une application de rencontre.
  2. Différencier ce qui fait partie de sa vie privée et de sa vie publique à l’aide d’une mise en situation.
  3. Nommer les bons et les mauvais côtés à utiliser une application de rencontre.

Le thème de cette rencontre est les applications de rencontre. Une application de rencontre est un logiciel par lequel un individu se crée un profil et peut avoir accès à une très grande quantité de profils pour trouver une personne et avoir une rencontre (Best & Delmege, 2012). Le but des rencontres est un choix individuel et différent pour chaque personne. Depuis moins d’une dizaine d’années, les rencontres amoureuses par internet ont pris beaucoup d’ampleur en particulier chez les jeunes qui sont constamment appelés à utiliser ces moyens de communication. C’est un thème qui les intéresse particulièrement et qui va pouvoir facilement susciter leur intérêt dans une intervention. Parmi les participants de l’étude de Sumter, Vandenbosch, et Ligtenberg, (2016), la moitié des participants avait déjà utilisé une application de rencontre ce qui démontre l’ampleur du phénomène. L’utilisation de l’application de rencontre Tinder est reliée à six motivations dont : l’amour, les relations sexuelles sans attache, la facilité de communication, l’auto-validation de sa valeur, l’excitation et le fait que ce soit à la mode. Plusieurs participants de cette étude utilisent leur nombre de matchs Tinder pour évaluer leur apparence physique ce qui peut devenir très malsain. Le thème de cette rencontre est relié au besoin d’apprendre à mieux connaitre leur propre motivation à utiliser une application de rencontre. Les résultats de l’étude de Choi et al.  (2016) ont démontré également une très forte association entre l’utilisation d’une application de rencontre et les rapports sexuels non protégés avec un partenaire occasionnel. Cette étude soutient également qu’il serait très important d’intervenir auprès des jeunes en faisant la promotion d’une utilisation responsable des applications de rencontre. De plus, le fait que les applications de rencontre permettent une très grande diversité de profil peut être l’un de ses côtés positifs. Cependant, le trop grand nombre de choix amène également chez les utilisateurs de ces applications une sorte d’insatisfaction. L’application donne l’impression à l’utilisateur qu’il y aura toujours un meilleur profil que le précédent. Cette impression a un très grand impact social, surtout pour les jeunes adultes qui sont parmi les plus friands de ses applications (Best & Delmege, 2012). Également, la création de profils sur une application de rencontre est souvent une étape importante pour les jeunes adultes. Ils effectuent un triage d’eux même, leur permettant d’afficher sur leur profil un moi idéalisé. Cette façon de créer un profil vient modifier notre conception de ce que sont la vie privée et la vie publique, mais également la manière dont le jeune souhaite être perçu pour être considéré comme attirant (Wotipka & High, 2016).

Pour en lire plus : La séduction sexuelle sur nos appareils mobiles

Jade Cousineau

Sexologue B.A. Relation d’aide à Blainville

Bibliographie :

Best, K. et Delmege, S. (2012). The filtered encounter: online dating and the problem of filtering through excessive information. Social Semiotics, 22(3), 237-258. http://dx.doi.org/10.1080/10350330.2011.648405

Buchanan, T. et Whitty, M. (2013). The online dating romance scam: causes and consequences of victimhood. Psychology, Crime & Law, 20(3), 261-283. http://dx.doi.org/10.1080/1068316x.2013.772180

Choi, E., Wong, J., Lo, H., Wong, W., Chio, J., et Fong, D. (2016). The association between smartphone dating applications and college students’ casual sex encounters and condom use. Sexual & Reproductive Healthcare, 9, 38-41. http://dx.doi.org/10.1016/j.srhc.2016.07.001

Duquet, F., Gagnon, G., & Faucher, M. (2010). Oser Être soi-même. Montréal : Université du Québec à Montréal, Service aux collectivités.

Sumter, S., Vandenbosch, L., et Ligtenberg, L. (2016). Love me Tinder : Untangling emerging adults’ motivations for using the dating application Tinder. Telematics And Informatics, 34(1), 67-78. http://dx.doi.org/10.1016/j.tele.2016.04.009

Ta vie privée sur Internet. (2016). Éducaloi. Récupéré le 27 octobre 2016, de https://www.educaloi.qc.ca/jeunesse/capsules/ta-vie-privee-sur-internet

Vandeweerd, C., Myers, J., Coulter, M., Yalcin, A., et Corvin, J. (2016). Positives and negatives of online dating according to women 50+. Journal Of Women & Aging, 28(3), 259-270. http://dx.doi.org/10.1080/08952841.2015.1137435

Wotipka, C. et High, A. (2016). An idealized self or the real me? Predicting attraction to online dating profiles using selective self-presentation and warranting. Communication Monographs, 83(3), 281-302. http://dx.doi.org/10.1080/03637751.2016.1198041